· 

Angeac-Charente, juillet 2018

Campagne de fouilles paléontologique

Tous les étés depuis 3 ans, je participe au chantier de fouille paléontologiques d'Angeac-Charentes. Qu'est-ce que c'est ?

 

Ce site, c'est à l'origine une carrière où la famille Audouin exploitait les graves, ces sables que l'on utilise dans la construction. C'est en 2010 que Jean-Pierre Paillot remonte dans le godet de son tractopelle un énorme galet. Interpellé, il fait appel à Jean-François Tournepiche, conservateur du musée d'Angoulême. Celui-ci chasse bien vite la première hypothèse, qui voulait que ce soit de l'éléphant antique, déjà retrouvé dans la région. Ceci est bien trop gros, c'est du dinosaure !  

 

C'est même une vertèbre de sauropode :

 

 

Reconstitution de Mazan
Reconstitution de Mazan

A partir de là, des sondages furent réalisés, et le site s'avéra d'une grande richesse : dinosaures petits et grands, mais aussi crocodiles, tortues, mammifères, etc.

Reconstitution de Mazan
Reconstitution de Mazan

 

Depuis, tous les ans une campagne de fouille se déroule pendant le mois de juillet. Elle réunie une cinquantaine de personnes de tous horizons : une trentaine de fouilleurs bénévoles, souvent étudiants en paléontologie, mais pas toujours, et également des professionnels.

 

L'équipe de 2018, photo de Vincent Reneleau
L'équipe de 2018, photo de Vincent Reneleau

Comment s'organisent ces fouilles ?

Les premiers jours, on monte les tentes et c'est un sacré challenge...

On décape ensuite la surface, qui est recouverte par l'eau toute l'année.. des brouettes et des brouettes de gadoue à sortir.

Des fois ça dérape...

Une fois les surfaces sèches, on peut commencer la fouille à "proprement" parler.

A l'aide d'outils, du plus gros au plus fin, et surtout de l'inévitable truelle, on creuse "à plat", couche par couche. 

Quel chantier
Quel chantier

Que faire lorsque l'on tombe sur un os ? D'abord, on crie partout et on se la pète un peu, surtout si ça fait 4h que l'on fouille sans rien trouver. Ensuite, on dégage son fossile horizontalement, pour voir son étendue. A ce moment là Doumé est sans doute au dessus de votre épaule avec son petit couteau. Si Ronan, le chef du chantier, est dans le coin, il est probable qu'il vous balance : "c'est l'astragale ? Nan ? M'intéresse pas", avant de disparaître dans un rire à la Dujardin. Puis on protège notre petit fossile avec du papier aluminium.  On se la pète encore un peu. Il sera bientôt côté (ses coordonnées seront repérées dans l'espace) puis prélevé.

Moi me la pétant un peu en face de ma vertèbre de stégosaure
Moi me la pétant un peu en face de ma vertèbre de stégosaure

Il y a d'autres activités sur le chantier :

La tente de lavage : le royaume de Doumé. Doudou, c'est le magicien des fossiles. Préparateur au musée d'Angoulême, c'est lui qui répare, nettoie, prépare les fossiles. Un fossile bousillé ? Un coup de truelle maladroit ? Aucun puzzle ne résiste à Doumé. Dans la tente lavage, on traite seulement les fossiles de moindre importance, les drouilles. Elles sont nettoyées et triée. Les "beaux" fossiles seront traités tout le reste de l'année au musée d'Angoulême.

 

La tente préparation : le royaume de Renaud. Préparateur au museum de Paris, il répare tout, des fossiles à la carcasse de la billmobile. Ici c'est le laboratoire : loupe bino, scie, appareil à souder...

L'année dernière, c'est ici que j'ai aidé à monter le squelette de mimo. Cette année, j'ai fait la patine du crâne de nano-tyrex.

 

Les visites guidée :

Le chantier est ouvert au public. Je fais partie des guides-conférenciers du site : plusieurs fois par jour, on fait visiter à 20 personnes le site, pendant 1h. Nous faisons aussi des ateliers enfants, avec des activités de moulages et des mini-fouilles.

 

La tente musée
La tente musée

En bonus quelques photos et dessins :

Écrire commentaire

Commentaires: 0